Une École du groupe IGS
  • fr
  • en

Le doctorat professionnel : quand les défis anglo-saxons deviennent des défis européens

Après le doctorat classique, le doctorat professionnel est apparu dans les pays anglo-saxons. Il fallait en effet former un nouveau profil de « chercheur », plus pragmatique et moins théorique, plus près des réalités du monde de l’entreprise et de ses problématiques, dans un contexte où l’innovation conditionne la compétitivité. Quel est la place du doctorat professionnel dans les pays européens ? Et quelle est sa valeur ajoutée pour celui qui le détient ?

doctorat professionnel europe

Doctorat professionnel en Europe : le défi du pragmatisme

Le doctorat professionnel est une réponse aux problématiques actuelles de la formation doctorale. En effet, il apporte aux professionnels européens une nouvelle approche de la recherche et de l’innovation. Concrètement, les cadres disposent avec le doctorat professionnel d’une opportunité intéressante pour accroître leurs connaissances et leurs compétences de manière approfondie, autrement que par l’expérience. Pour cette cible, le doctorat traditionnel peut présenter un intérêt moindre car il est relativement déconnecté du quotidien de la pratique professionnelle. Ainsi, le défi anglo-saxon de la recherche pragmatique atteint logiquement l’Europe, et c’est donc tout naturellement que le doctorat professionnel se fraie une place de choix dans le paysage académique. De l’avis des experts, le doctorat professionnel est une meilleure réponse aux exigences du monde de l’emploi.

Plus de souplesse pour un meilleur environnement de travail

Les défis du doctorat traditionnel dans les pays anglo-saxons sont aujourd’hui une réalité en Europe. En effet, on peut lui reprocher un fort taux d’abandon, l’insuffisance des compétences transférables, l’absence de travail d’équipe, etc. Des complications que l’on ne retrouve pas dans le doctorat professionnel du fait du profil et surtout de la motivation des candidats qu’il attire, convaincus par le bien fondé et surtout par la cohérence de leur projet professionnel. L’autre défi anglo-saxon devenu français et européen concerne la souplesse du cursus. En effet, les apprenants ont désormais besoin de plus de flexibilité, à la fois dans les structures, les objectifs, les modalités ainsi que les différentes évaluations qui rythment la formation. C’est une contrainte à laquelle répond très bien le doctorat professionnel qui prend en compte les engagements du candidat dans l’entreprise.

Intéressé par le doctorat professionnel ? Découvrez la formation proposée par l’American Business School !