Une École du groupe IGS
  • fr
  • en

Pourquoi cet engouement pour les soft skills ? (2/2)

employeurs

Bien qu’un CV brillant et des compétences techniques exceptionnelles soient nécessaires pour occuper un poste à responsabilité, ce sont les soft skills qui vous permettront d’utiliser à bon escient vos capacités pour créer un environnement positif et productif. Les employeurs l’ont bien compris et sont donc de plus en plus nombreux à mettre l’accent sur les soft skills lors de leurs campagnes de recrutement.

Les soft skills séduisent les employeurs

Un sondage Careerbuilder, mené en 2014 auprès de 2 138 chargés de recrutement et professionnels des RH, a révélé que 77% d’entre eux estiment que les soft skills sont tout aussi importants que les compétences techniques. Les 10 soft skills les plus appréciées par les employeurs sont la communication, l’organisation, le travail d’équipe, la ponctualité, le sens de la critique, la sociabilité, la créativité, la communication interpersonnelle, la capacité d’adaptation et la personnalité amicale.

Malgré cet engouement pour les soft skills, l’offre reste insuffisante. Une étude menée en 2016 par l’économiste Guy Berger indique que les chargés de recrutement aux Etats-Unis font face à une « pénurie de compétences générales ». Si 59% des professionnels interrogés estiment qu’il leur est difficile de trouver des profils dotés de soft skills, 58% d’entre eux considèrent que cette pénurie a un impact négatif sur la productivité de leur entreprise. En effet, il existe une corrélation directe entre les soft skills et les indicateurs clés de performance de l’entreprise, à savoir la productivité, l’efficacité, la qualité des biens et services et, au bout de la ligne, le chiffre d’affaires. Les compétences techniques sont certes nécessaires pour que les organisations réussissent, mais la prise en compte des soft skills dans l’équation de recrutement devient très importante sur le plan économique pour les employeurs.

Comment communiquer autour de vos soft skills ?

Il est clair que votre intelligence émotionnelle et vos soft skills peuvent vous donner une longueur d’avance et un avantage professionnel certain sur les autres candidats au même poste. Mais annoncer que vous avez un quotient émotionnel élevé lors d’un entretien d’embauche sera mal perçu par votre interlocuteur qui pourra même considérer que votre QE est inférieur à ce que vous prétendez. De même, ajouter une section « Soft skills » sur votre CV n’est peut-être pas une bonne idée. Il est préférable de parler de vos soft skills dans votre lettre de motivation, en essayant de contextualiser chaque compétence non technique en fonction des missions et réalisations dans lesquelles vous y avez recours. Assurez-vous d’intégrer des exemples de travail d’équipe, de résolution de problèmes et de créativité dans votre lettre de motivation.

Voici exemple de ce que vous pourriez inclure dans une lettre de motivation :

« J’ai coaché avec succès les chefs d’équipe pour améliorer la compréhension et l’utilisation du nouveau système de gestion de la qualité. Les objections ont été négociées sereinement et les appréhensions de l’équipe ont ainsi été dissipées, pour laisser place à un climat d’enthousiasme autour de ce nouveau système, grâce notamment aux arguments solides que j’ai exposé quant à ses avantages en matière de productivité et de réduction des déchets de fabrication. »

Ici, l’accent a été mis par le candidat sur les soft skills suivants : le coaching, la négociation, la résolution de problème et la création d’une cohésion autour d’un objectif commun. L’employeur sera à coup sûr très attentif à ce type d’arguments, car il a tout intérêt à avoir des équipes harmonieuses et soudées au sein de l’entreprise.

A l’American Business School of Paris, nous avons à cœur de former des profils dotés de soft skills et pourvus d’un QE élevé. Pour ce faire, l’école met à la disposition de ses étudiants tous les moyens nécessaires à leur épanouissement intellectuel, à travers un large panel d’activités, en plus de programmes inspirées du système éducatif anglo-saxon qui encourage le travail en équipe, la curiosité, la créativité et l’esprit critique.