Une École du groupe IGS
  • fr
  • en

Qu’est-ce que le commerce international ?

Le commerce international correspond à l’échange de biens et de services marchands ainsi que de capitaux entre les pays, facilité par des accords de libre-échange entre les différents espaces économiques.

Deux théories à l’origine du développement du commerce international

Reléguant le protectionnisme au rang de pratique dépassée, le libéralisme économique et la diffusion des théories du libre-échange se sont appuyées sur deux théories majeures défendues par Adam Smith et David Ricardo.

La théorie de l’avantage absolu

La théorie de l’avantage absolu avancée par Smith repose sur l’intérêt d’une nation à se spécialiser dans les activités où elle est la plus performante (avantage absolu) par rapport à ses partenaires et donc à acheter les produits pour lesquels elle ne dispose pas d’un avantage absolu à ses partenaires. On parle alors de division internationale du travail.

David Ricardo : les limites de l’avantage absolu

David Ricardo note néanmoins une faille dans la logique d’Adam Smith. Comment intégrer les pays n’ayant aucun avantage absolu dans les échanges commerciaux ? Pour répondre à cette question, Ricardo intègre le concept d’avantage relatif. Une nation sans avantage absolu aura tout intérêt de se spécialiser dans les activités pour lesquelles elle dispose d’un avantage relatif, c’est-à-dire dans les activités où elle reste performante sans pour autant être la nation leader.

Ces théories principales ont bien entendu évolué et ont été complétées ou bien contestées par les différents courants de pensée économiques.

Les grandes évolutions du commerce international

L’internationalisation des échanges a connu un essor tout au long du milieu du XIXe siècle avant d’être brusquement ralentie suite à la Première Guerre mondiale ainsi qu’au renforcement du protectionnisme qui s’est établi dans l’entre-deux-guerres, notamment à cause de la crise boursière puis bancaire de 1929 qui a frappé les Etats-Unis.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le commerce international va connaître un essor important sous la houlette des institutions internationales créées via les accords de Bretton Woods signés le 24 Juillet 1944. On pense notamment au FMI (Fonds Monétaire International), la Banque Mondiale (qui à l’époque était connue sous le nom de “Banque internationale pour la reconstruction et le développement”) et le GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), plus connu aujourd’hui sous le nom d’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

La création de ces trois organismes a ainsi favorisé l’expansion du libre-échange entre les acteurs économiques, mais aussi permis à des États dévastés par les conflits de se reconstruire.

A partir des années 60, les firmes multinationales vont jouer un rôle prépondérant dans l’essor des échanges commerciaux, sous l’impulsion du GATT. Ses mesures principales furent la diminution des droits de douane, l’interdiction des quotas, ainsi que la clause de la nation la plus favorisée (cette clause stipule qu’un avantage accordé à un pays membre ne peut-être refusé à un autre pays membre). En effet, les échanges intra et extra-firmes se développent jusqu’à représenter environ deux tiers des échanges aujourd’hui.

L’évolution des technologies de l’information et de la communication a, dans le même temps, permis l’évolution des échanges de services. Ces évolutions ont également favorisé la circulation des capitaux. On parle alors de globalisation financière.

Comment mesurer le commerce international ?

Comme expliqué, le commerce international correspond aux flux d’échanges de biens et services entre les différents pays ou zones d’échange. Afin de mesurer celui-ci, deux indicateurs sont utilisés :

Pour évaluer les échanges de biens et de services entre un pays donné et le reste du monde : l’indicateur principal utilisé est la balance commerciale. Cette dernière est le résultat de la différence entre les exportations et les importations. Le solde après opération se nomme “solde commercial”.

Pour évaluer l’ensemble des échanges commerciaux, il faut se référer à la balance des transactions courantes qui prend également en compte les flux de revenus ainsi que les transferts courants et pas uniquement les biens et services.

Les principaux acteurs du commerce international

En 2018, l’OMC a dégagé les principaux acteurs du commerce international pour l’année 2017. Les cinq principaux pays par ordre d’importance sont :

  • la Chine ;
  • les Etats-Unis ;
  • l’Allemagne ;
  • le Japon ;
  • les Pays-Bas.

A eux seuls, ces cinq pays représentent plus du tiers du commerce mondial, avec 38,2% des exportations et des importations mondiales !