COMMENT TRAVAILLER AU SEIN D’UNE ÉQUIPE MULTICULTURELLE ?

Qu’est-ce qui fait le succès d’une équipe ? Chacun d’entre nous peut probablement facilement énumérer quelques facteurs de succès basés sur sa propre intuition et ses expériences. Mais qu’est-ce qui fait le succès d’une équipe multiculturelle ?

management multiculturel

Travailler au sein d’une équipe interculturelle requiert des compétences plus poussées et un certain savoir-être. Les étudiants qui rejoignent l’ABSParis ont de nombreuses occasions de mettre en pratique ces compétences.

Qu’est-ce qui fait le succès d’une équipe ? Chacun d’entre nous peut probablement facilement énumérer quelques facteurs de succès basés sur sa propre intuition et ses expériences. Mais qu’est-ce qui fait le succès d’une équipe multiculturelle ? Travailler au sein d’une équipe interculturelle requiert des compétences plus poussées et un certain savoir-être. Les étudiants qui rejoignent l’ABSParis ont de nombreuses occasions de mettre en pratique ces compétences.

Il n’est pas surprenant de les entendre dire « c’est un défi de travailler avec une équipe internationale », « nous avons du mal », ou encore « je vais ressortir de cette expérience avec encore plus de préjugés qu’avant ». Finalement, ils apprennent et fournissent des résultats dont ils peuvent être fiers. Une preuve en est les éloges que les équipes multiculturelles de l’ABS obtiennent pour les projets préparés lors du Company Case Challenge. Leur travail est évalué par des cadres supérieurs d’entreprises françaises de premier plan pour lesquelles ils résolvent de véritables cas d’entreprise.

Après avoir acquis une certaine expérience, les étudiants de l’ABSParis concluent souvent que le travail en équipe multiculturelle vaut les efforts déployés pour rendre l’équipe efficace. La valeur ajoutée par la diversité culturelle des membres de l’équipe est considérable – elle fait toute la différence en termes de résultats. L’intelligence collective est plus importante, les équipes sont plus créatives grâce au mélange de perspectives et d’origines diverses.

 

QU’EST-CE QUI FAIT LE SUCCÈS D’UNE ÉQUIPE MULTICULTURELLE ?

Pourquoi n’est-il pas toujours facile de travailler avec des représentants de différentes cultures ? Tout d’abord, jetons un coup d’œil rapide à ce qui est nécessaire pour qu’une équipe fonctionne efficacement. Un projet de recherche « Aristote », mené par Google, a étudié 180 équipes pendant trois ans et a révélé deux traits cruciaux pour garantir l’efficacité des équipes : 1. les membres parlent à peu près dans la même proportion, 2. et ont une sensibilité sociale moyenne élevée. Ce dernier point relève du domaine de l’intelligence émotionnelle. Une sensibilité sociale élevée se manifeste par une lecture précise des émotions des autres à partir de leur discours et de leur langage corporel. Les personnes socialement sensibles se comportent avec respect envers les autres et adaptent leur comportement en fonction de la situation.

 

​​​​​​​

 

Le comportement des personnes au sein d’une équipe résulte d’une combinaison entre la personnalité, les expériences antérieures et les modèles comportementaux intégrés. Dans une équipe multiculturelle, la culture est un facteur supplémentaire qui influence à la fois les comportements individuels et les communications et relations de groupe.

Dans une équipe multiculturelle, lire les émotions des autres peut devenir une tâche ardue. Il est naturel d’observer et de donner un sens aux émotions des autres membres de l’équipe au sein de notre cercle culturel. Cependant, appliquer les mêmes normes aux représentants de personnes culturellement éloignées peut être trompeur. Certaines cultures comme par exemple les cultures italienne et mexicaine expriment les émotions de manière explicite et vive. D’un côté, c’est très positif car il est facile de les lire. En revanche, un tel étalage d’émotions peut être inconfortable, voire offensant, pour d’autres cultures, qui privilégient des comportements plus réservés. Les compétences nécessaires à la sensibilité sociale au sein d’équipes multiculturelles requièrent l’apprentissage du paralangage, de la prise de parole à tour de rôle, de la perception du silence et même de la distance de confort entre des interlocuteurs de cultures différentes.

Il en va de même pour les contributions aux discussions de travail et les prises de parole dans les réunions d’équipes interculturelles. Les membres de l’équipe qui ont grandi dans des cultures fortement hiérarchisées ne sont peut-être pas habitués à des discussions spontanées en présence de collègues plus âgés. Très probablement, ils préfèrent ne parler que lorsqu’on leur pose directement une question spécifique. Les cultures des pays arabes et du sous-continent indien favorisent ce type de comportement. Les ressortissants de pays où le concept de « sauver la face » joue un rôle important peuvent considérer qu’il est inapproprié, voire irrespectueux, d’exprimer publiquement son désaccord avec les autres ou de donner un avis négatif. La Chine et le Japon sont des exemples de ces pays.

Ces exemples montrent que les personnes qui travaillent dans des équipes internationales ont des préférences de communication, des schémas cognitifs et un langage corporel bien spécifiques. Ces différences peuvent stimuler la créativité et l’innovation, mais elles peuvent aussi être à l’origine de malentendus et de problèmes. Par conséquent, il est difficile d’assurer la sécurité psychologique de tous les membres d’une équipe internationale. Selon le projet « Aristote » de Google, la sécurité psychologique est un facteur crucial d’efficacité.

 

EXPLOITER LE POUVOIR DES ÉQUIPES MULTICULTURELLES

Prêter attention aux différences culturelles et ajuster notre comportement peut être un peu épuisant par moments. Cela peut parfois ressembler à un véritable effort. Il peut arriver que, même lorsque nous essayons d’agir avec respect envers les membres de notre équipe interculturelle, nous échouions et créions des situations socialement gênantes. Il faut du temps, de la pratique et de la persévérance pour développer une sensibilité sociale qui fonctionne dans un contexte interculturel. Cela soulève la question suivante : comment une équipe internationale peut-elle favoriser la sécurité psychologique de tous ses membres ?

La première étape consiste à reconnaître les différences entre les cultures. Lorsque l’équipe parle ouvertement de ces différences, elle est sur la voie d’une collaboration interculturelle réussie. En outre, chaque membre de l’équipe doit réfléchir, examiner et apprendre à connaître ses préférences culturelles en matière de communication et de travail en équipe. Commencer par sa propre culture peut sembler contre-intuitif, mais cela permet de prendre conscience de la raison et de la manière dont nous percevons les comportements des membres de l’équipe issus de milieux culturels différents. Bien entendu, l’étape suivante consiste à se renseigner sur la culture de ses coéquipiers.

Erin Meyer, dans son livre « The Culture Map. Decoding How People Think, Lead, and Get Things Done Across Cultures« , conseille aux membres et aux dirigeants d’équipes internationales de faire des choix conscients en matière de stratégies et d’outils de coopération.

Grâce à la connaissance des différences culturelles, nous pouvons adapter la façon dont nous discutons, résolvons les problèmes, prenons des décisions et donnons du feedback dans notre équipe multiculturelle. L’objectif est de permettre à chacun d’exprimer son opinion et de contribuer au travail d’équipe de la meilleure manière qui soit.

Un autre facteur de réussite pour les équipes internationales est d’adopter le bon état d’esprit : le calme, la curiosité, l’acceptation de l’ambiguïté et la flexibilité sont les éléments clés de l’intelligence interculturelle. Promouvoir cet état d’esprit est une autre mesure que nous pouvons prendre pour assurer la réussite de nos projets internationaux.

Nos Accréditations

5 RAISONS DE CHOISIR L’ABS PARIS

  1. La culture internationale
  2. Le multiculturalisme à l'honneur
  3. Des diplômes reconnus
  4. ​​​​​​​L'international au coeur des programmes
  5. 100% en anglais

​​​​​​​​​​​​​​Voir toutes les raisons

PARTAGER